Bar loader
351
Votes

Campagne de votes terminée et réussie.

Description

Solidarité France-Népal, c’est quoi ?

Solidarité France-Népal est une association fondée par Tristan Lecomte en 1995. Ce pionnier du commerce équitable avec sa société Alter Eco, nommé parmi les 100 personnes les plus influentes au monde en 2010 par le Times, a insufflé à notre association ses valeurs clés : audace, humanisme et bien sûr, solidarité. Depuis sa création, Solidarité France-Népal permet à des élèves d’HEC de partir dans des villages reculés du Népal réaliser des missions en totale autonomie. L’idée est simple : nous collectons ensemble les fonds, définissons les projets grâce à nos intermédiaires népalais, nous occupons de l’organisation, et les groupes se voient confier une tâche précise qu’ils auront à mener à bien. Ils peuvent alors partir quand ils le désirent, et n’aurons de compte à rendre que sur le résultat de leur travail. Ces six semaines immergées dans la culture népalaise ont une influence bénéfique réciproque. Avant tout car nous aidons des communautés qui vivent dans des conditions inimaginables pour nous : par notre implication et notre dévouement, nous prétendons les aider dans leur vie de tous les jours. Mais aussi pour nous, occidentaux, ce voyage au cœur de l’Himalaya nous change, et il suffit d’écouter les témoignages des anciens membres de l’association pour réaliser la profondeur de cette aventure humaine.

Que faisons-nous ?

Chaque année, Solidarité France-Népal donne l’opportunité à une trentaine d’élèves de réaliser une mission qui leur tient à cœur. Ce sont donc entre 6 et 8 groupes qui s’investissent à partir d’octobre jusqu’en septembre. Parmi ces différentes missions, une mission « phare » est désignée chaque année : c’est celle qui mobilisera la plus grande proportion de notre budget, et dont la réalisation prendra plus 3 mois. En 2016, c’est dans le village de Ghachock, à l’ouest de Katmandou, que notre projet phare s’est concrétisé. 7 membres se sont relayés dans ce village de 3000 habitants pour construire un dispensaire et mettre en place un fonds de roulement en médicament. Aidé par Karma, un pharmacien déterminé à prendre en main cet établissement dans un village particulièrement marqué par le séisme de 2015, il a fallu construire le bâtiment, l’équiper, éduquer la population, trouver des infirmiers et sensibiliser Karma à la gestion des stocks de médicament. Toutefois, grâce à leur implication, le dispensaire a finalement été une réussite !

NOTRE PROJET DE CETTE ANNÉE : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Cette année, nous partirons dans le village d’Archabolt construire une maison d’hôte. L’objectif est qu’elle s’insère dans un modèle d’agrotourisme c’est-à-dire un tourisme alternatif dont l’objet est la découverte des savoir-faire agricoles d’un territoire ainsi qu’une immersion qui permet de découvrir les traditions sociales, les savoir-faire locaux… En effet, à la suite du tremblement de terre, la pauvreté a ressurgi, les emplois se font rares et les hommes quittent le pays pour rapporter de l’argent à leur famille. En partenariat avec Pramod Khalkura (notre contact sur place) propriétaire d’une agence de voyage, nous allons donc bâtir un générateur d’emploi stable pour le village entier. La tâche s’annonce ardue : au-delà de la construction du site en tant que tel, il faudra aussi former au tourisme une population qui vit isolée dans les montagnes népalaises, mettre en place des activités d’agrotourisme en achetant le matériel requis, atteindre un confort de vie minimal pour accueillir les touristes, mais aussi assurer la promotion de la maison d’hôte depuis la France. C’est parce que nos ambitions sont élevées que nous avons besoin de vous !

Et une fois la mission réalisée…

![](https://res.cloudinary.com/hm3mec8bl/image/upload/oystxzvoov4urbvipxy4)

La grande nouveauté de notre génération concerne le suivi de la mission. En effet, alors qu’auparavant, les projets étaient réalisés puis le suivi laissé à nos intermédiaires népalais, nous assurerons nous-même la promotion de notre maison d’hôte en France. Une fois notre périple achevé, riches de nos expériences, anecdotes et souvenirs, nous irons démarcher les organismes spécialisés dans ce tourisme hors des sentiers battus pour permettre au village d’accueillir des occidentaux, et donc de conserver emploi et revenu. Nous servirons donc d’intermédiaires français aux responsables de la maison d’hôte, et continuerons ainsi à la pourvoir en visiteurs. Mais la fin de l’année 2017 sera synonyme pour nous de passation. Alors que nous nous en irons vers d’autres cieux plus professionnels, nous aurons la responsabilité de former, sensibiliser et convaincre un nouveau bureau. Celui-ci nous remplacera, et tandis que nous l’accompagnerons dans la mise en place de son propre projet, l’organisation de son groupe et les détails techniques de notre action humanitaire, il reprendra finalement le flambeau et assurera la pérennité non seulement de notre association, mais surtout de notre action.

Utilisation des fonds

Financement d'une cuisine plus attractive dans la future maison d'hôte

Nous allons, dans tous les cas, construire la maison d'hôte en partenariat avec les Népalais de Ghachock. Tous les fonds que nous collectons nous servent à : - acheter des matières premières - payer des ingénieurs/architectes népalais - payer la main-d'oeuvre qui va travailler avec nous sur place - acheter des papiers, sceaux, brouettes... et autres matériaux nécessaires pour faciliter les travaux - acheter des ustensiles (de cuisine notamment) - faire face aux dépenses imprévues (ex séisme il y a trois ans)

Ce budget, que nous avons commencé à rassembler, devrait s'élever d'après nos prévisions à 20 000€ (environ 1000€ par étudiant qui part). Les 20 000€ valent pour tous les groupes qui partent, mais ici nous vous dévoilons plus particulièrement une des destinations où la mission est la plus ambitieuse. Nous comptons la financer grâce à 6000€ environ.

Toutefois, si nous gagnons le prix, nous pourrons considérablement accélerer la mise en place de certaines installations.

Sans cet argent supplémentaire, nous construirons d'abord une cuisine avec le strict minimum pour les touristes qui viendront. Puis, grâce aux recettes générées, les locaux pourront progressivement l'équiper et l'améliorer. D'après nos calculs, celà devrait prendre quelques mois si l'on considère que ça ne sera pas leur première dépense.

Avec l'argent du prix, nous le ferions instantanément, nous achèterions en plus de nos dépenses prévues : - du matériel de cuisine (ustensiles...) - du mobilier de meilleure qualité - un frigidaire - un groupe électrogène (ce qui représente la dépense la plus importante)

Cela aiderait le village à être encore plus attractif pour les touristes. Même si ceux-ci ne cherchent pas un grand confort ni des conditions de voyage comme s'ils étaient à l'hôtel, une cuisine digne de ce nom pourra améliorer la qualité de leur séjour sans nuire à son authenticité.

C'est pour celà que ce prix compte beaucoup.

Si nous collectons plus que le minimum, tout d'abord nous nous concerterons avec les locaux, et notamment notre contact Pramod Khatukel qui a une vision d'ensemble sur les villages et leurs besoins et sur les étudiants d'HEC. Nous leur demanderons en détails qu'est ce qu'ils aimeraient rajouter.

L'idée n'est pas de dépenser jusqu'au dernier centime, d'une année sur l'autre l'association conserve environ 5000€, en cas d'imprévu (séisme 2014 par exemple) c'est pourquoi l'argent supplémentaire pourrait éventuellement augmenter cette sécurité, puis financer les projets de l'année prochaine.

Nous pensons toutefois qu'il y a toujours mille choses à améliorer dans la construction d'un logement et dans un village dont la principale richesse est l'agriculture. Les étudiants viennent chaque année pour continuer le travail de ceux des années précédentes, preuve qu'il y a beaucoup à faire et que notre mission est loin d'être exhaustive. Si nous collectons plus, nous irons simplement plus loin dans nos aménagements.

351
Votes

Campagne de votes terminée et réussie.


Description

Solidarité France-Népal, c’est quoi ?

Solidarité France-Népal est une association fondée par Tristan Lecomte en 1995. Ce pionnier du commerce équitable avec sa société Alter Eco, nommé parmi les 100 personnes les plus influentes au monde en 2010 par le Times, a insufflé à notre association ses valeurs clés : audace, humanisme et bien sûr, solidarité. Depuis sa création, Solidarité France-Népal permet à des élèves d’HEC de partir dans des villages reculés du Népal réaliser des missions en totale autonomie. L’idée est simple : nous collectons ensemble les fonds, définissons les projets grâce à nos intermédiaires népalais, nous occupons de l’organisation, et les groupes se voient confier une tâche précise qu’ils auront à mener à bien. Ils peuvent alors partir quand ils le désirent, et n’aurons de compte à rendre que sur le résultat de leur travail. Ces six semaines immergées dans la culture népalaise ont une influence bénéfique réciproque. Avant tout car nous aidons des communautés qui vivent dans des conditions inimaginables pour nous : par notre implication et notre dévouement, nous prétendons les aider dans leur vie de tous les jours. Mais aussi pour nous, occidentaux, ce voyage au cœur de l’Himalaya nous change, et il suffit d’écouter les témoignages des anciens membres de l’association pour réaliser la profondeur de cette aventure humaine.

Que faisons-nous ?

Chaque année, Solidarité France-Népal donne l’opportunité à une trentaine d’élèves de réaliser une mission qui leur tient à cœur. Ce sont donc entre 6 et 8 groupes qui s’investissent à partir d’octobre jusqu’en septembre. Parmi ces différentes missions, une mission « phare » est désignée chaque année : c’est celle qui mobilisera la plus grande proportion de notre budget, et dont la réalisation prendra plus 3 mois. En 2016, c’est dans le village de Ghachock, à l’ouest de Katmandou, que notre projet phare s’est concrétisé. 7 membres se sont relayés dans ce village de 3000 habitants pour construire un dispensaire et mettre en place un fonds de roulement en médicament. Aidé par Karma, un pharmacien déterminé à prendre en main cet établissement dans un village particulièrement marqué par le séisme de 2015, il a fallu construire le bâtiment, l’équiper, éduquer la population, trouver des infirmiers et sensibiliser Karma à la gestion des stocks de médicament. Toutefois, grâce à leur implication, le dispensaire a finalement été une réussite !

NOTRE PROJET DE CETTE ANNÉE : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Cette année, nous partirons dans le village d’Archabolt construire une maison d’hôte. L’objectif est qu’elle s’insère dans un modèle d’agrotourisme c’est-à-dire un tourisme alternatif dont l’objet est la découverte des savoir-faire agricoles d’un territoire ainsi qu’une immersion qui permet de découvrir les traditions sociales, les savoir-faire locaux… En effet, à la suite du tremblement de terre, la pauvreté a ressurgi, les emplois se font rares et les hommes quittent le pays pour rapporter de l’argent à leur famille. En partenariat avec Pramod Khalkura (notre contact sur place) propriétaire d’une agence de voyage, nous allons donc bâtir un générateur d’emploi stable pour le village entier. La tâche s’annonce ardue : au-delà de la construction du site en tant que tel, il faudra aussi former au tourisme une population qui vit isolée dans les montagnes népalaises, mettre en place des activités d’agrotourisme en achetant le matériel requis, atteindre un confort de vie minimal pour accueillir les touristes, mais aussi assurer la promotion de la maison d’hôte depuis la France. C’est parce que nos ambitions sont élevées que nous avons besoin de vous !

Et une fois la mission réalisée…

![](https://res.cloudinary.com/hm3mec8bl/image/upload/oystxzvoov4urbvipxy4)

La grande nouveauté de notre génération concerne le suivi de la mission. En effet, alors qu’auparavant, les projets étaient réalisés puis le suivi laissé à nos intermédiaires népalais, nous assurerons nous-même la promotion de notre maison d’hôte en France. Une fois notre périple achevé, riches de nos expériences, anecdotes et souvenirs, nous irons démarcher les organismes spécialisés dans ce tourisme hors des sentiers battus pour permettre au village d’accueillir des occidentaux, et donc de conserver emploi et revenu. Nous servirons donc d’intermédiaires français aux responsables de la maison d’hôte, et continuerons ainsi à la pourvoir en visiteurs. Mais la fin de l’année 2017 sera synonyme pour nous de passation. Alors que nous nous en irons vers d’autres cieux plus professionnels, nous aurons la responsabilité de former, sensibiliser et convaincre un nouveau bureau. Celui-ci nous remplacera, et tandis que nous l’accompagnerons dans la mise en place de son propre projet, l’organisation de son groupe et les détails techniques de notre action humanitaire, il reprendra finalement le flambeau et assurera la pérennité non seulement de notre association, mais surtout de notre action.

Utilisation des fonds

Financement d'une cuisine plus attractive dans la future maison d'hôte

Nous allons, dans tous les cas, construire la maison d'hôte en partenariat avec les Népalais de Ghachock. Tous les fonds que nous collectons nous servent à : - acheter des matières premières - payer des ingénieurs/architectes népalais - payer la main-d'oeuvre qui va travailler avec nous sur place - acheter des papiers, sceaux, brouettes... et autres matériaux nécessaires pour faciliter les travaux - acheter des ustensiles (de cuisine notamment) - faire face aux dépenses imprévues (ex séisme il y a trois ans)

Ce budget, que nous avons commencé à rassembler, devrait s'élever d'après nos prévisions à 20 000€ (environ 1000€ par étudiant qui part). Les 20 000€ valent pour tous les groupes qui partent, mais ici nous vous dévoilons plus particulièrement une des destinations où la mission est la plus ambitieuse. Nous comptons la financer grâce à 6000€ environ.

Toutefois, si nous gagnons le prix, nous pourrons considérablement accélerer la mise en place de certaines installations.

Sans cet argent supplémentaire, nous construirons d'abord une cuisine avec le strict minimum pour les touristes qui viendront. Puis, grâce aux recettes générées, les locaux pourront progressivement l'équiper et l'améliorer. D'après nos calculs, celà devrait prendre quelques mois si l'on considère que ça ne sera pas leur première dépense.

Avec l'argent du prix, nous le ferions instantanément, nous achèterions en plus de nos dépenses prévues : - du matériel de cuisine (ustensiles...) - du mobilier de meilleure qualité - un frigidaire - un groupe électrogène (ce qui représente la dépense la plus importante)

Cela aiderait le village à être encore plus attractif pour les touristes. Même si ceux-ci ne cherchent pas un grand confort ni des conditions de voyage comme s'ils étaient à l'hôtel, une cuisine digne de ce nom pourra améliorer la qualité de leur séjour sans nuire à son authenticité.

C'est pour celà que ce prix compte beaucoup.

Si nous collectons plus que le minimum, tout d'abord nous nous concerterons avec les locaux, et notamment notre contact Pramod Khatukel qui a une vision d'ensemble sur les villages et leurs besoins et sur les étudiants d'HEC. Nous leur demanderons en détails qu'est ce qu'ils aimeraient rajouter.

L'idée n'est pas de dépenser jusqu'au dernier centime, d'une année sur l'autre l'association conserve environ 5000€, en cas d'imprévu (séisme 2014 par exemple) c'est pourquoi l'argent supplémentaire pourrait éventuellement augmenter cette sécurité, puis financer les projets de l'année prochaine.

Nous pensons toutefois qu'il y a toujours mille choses à améliorer dans la construction d'un logement et dans un village dont la principale richesse est l'agriculture. Les étudiants viennent chaque année pour continuer le travail de ceux des années précédentes, preuve qu'il y a beaucoup à faire et que notre mission est loin d'être exhaustive. Si nous collectons plus, nous irons simplement plus loin dans nos aménagements.

351
Votes

Campagne de votes terminée et réussie.